sadfdsfdsf
 
     
 

Comment expliquer les allergies alimentaires aux membres de votre famille ET les aider à comprendre pourquoi elles sont importantes

 

Les allergies alimentaires peuvent être difficiles à comprendre. Vous rappelez-vous la première fois où vous avez appris qu’un de vos êtres chers souffre d’une allergie alimentaire et de toutes les questions que vous aviez à poser? Imaginez maintenant devoir expliquer les allergies alimentaires à une autre personne, spécifiquement quelqu’un qui ne connaît pas les allergies alimentaires, ou n’a aucune expérience en la matière. Cela n’a rien de facile.

Éventuellement, nous arrivons tous à un moment où nous voulons vraiment, vraiment comprendre l’allergie alimentaire de notre être cher. Spécifiquement lors qu’une réaction sérieuse est possible, nous ne pouvons pas nous permettre de malentendus ou d’erreurs. Vous croyez être en mesure de protéger votre enfant en tout temps? Détrompez-vous! Et si vous recevez des invités pour un souper improvisé? Enverrez-vous votre enfant passer la nuit chez un membre de votre famille, ou trouverez-vous une gardienne? Il ne s’agit là que de quelques exemples!

Plusieurs familles voient ces étapes comme étant des défis excitants, mais pour vous, elles peuvent être terrifiantes. Lors que ces évènements se produisent pour la première fois, il est absolument essentiel que vous expliquiez les allergies alimentaires de vos enfants. Les membres de la famille et tous ceux qui prodiguent des soins doivent savoir quoi faire pour gérer les allergies alimentaires, et comment faire face à la situation si votre enfant a une crise allergique en leur présence.

 

Il peut être difficile de tenir cette conversation. Souvent, les membres de la famille peuvent ne pas comprendre la gravité des allergies alimentaires, surtout lors qu’ils n’en ont jamais fait l’expérience en personne. Alors, comment pouvez-vous guider cette conversation de la bonne manière?

Voici quelques conseils qui vous aideront à expliquer les allergies alimentaires aux membres de votre famille.

Soyez direct. Ne laissez aucun doute planer. Soyez aussi précis que possible lors que vous expliquez les allergies alimentaires de votre enfant. Expliquez ce qui peut mal tourner et la gravité potentielle des réactions, afin qu’ils comprennent à quoi ils ont affaire. Vous connaissez bien la gravité des réactions allergiques, assurez-vous que les membres de votre famille soient bien informés!

Donnez des informations détaillées. Présumez qu’ils ne savent rien sur ce sujet. Donnez-leur les informations les plus basiques possible, même si vous croyez qu’il s’agit de connaissances générales.

Donnez des informations complètes. Expliquez-leur que certains aliments peuvent avoir des noms différents sur les étiquettes. Notez ces noms pour eux, afin qu’ils sachent quels aliments éviter. Par exemple, si votre enfant a une allergie aux arachides, votre famille devrait connaître tous les ingrédients sur une étiquette qui indiquent la présence d’arachides, d’huile d’arachides non raffinée, ou de protéines d’arachides.

Donnez des exemples. Racontez des anecdotes de moments où votre enfant a eu une réaction violente à un aliment particulier, devant vous. Les adultes apprennent particulièrement bien au moyen d’exemples. Ceci les aidera à comprendre la gravité de son allergie, à quel point il est terrible d’en être témoin et la possibilité de conséquences dangereuses.

Préparez-les. Dites-leur quoi faire si une réaction allergique survient pendant qu’ils surveillent votre enfant. Il ne s’agit pas seulement d’expliquer le fait que votre enfant souffre d’allergies alimentaires; vous devez également dire aux membres de votre famille comment aborder une réaction allergique. Ils doivent savoir à quoi ressemble la réaction allergique de votre enfant, ainsi que quand et comment intervenir. Si votre enfant possède un auto-injecteur d’épinéphrine, expliquez comment l’utiliser, étape par étape. Assurez-vous qu’ils ont toutes les coordonnées d’urgences et expliquez exactement à quel moment ils doivent composer le 9-1-1. Demandez-leur de vous répéter ces directives, pour vous assurer qu’ils ont bien compris!

Écrivez-le. Même si vous pensez qu’ils comprennent vos explications verbales, remettez-leur une version écrite. Ce n’est pas de la tricherie! Avez-vous déjà vécu un moment de panique, pendant lequel vous avez oublié ce que vous pensiez savoir? Cela peut leur arriver aussi. Donner des directives par écrit aux aidants n’est pas une exagération; c’est intelligent.

S’ils oublient des détails importants, ils pourront toujours consulter vos directives écrites. Assurez-vous de ne pas négliger de bien leur expliquer vos notes. Voulez-vous économiser du temps à l’avenir? Composez une version en format électronique dont vous pourrez imprimer plusieurs copies à remettre aux gardiennes, aux membres de votre famille ou à vos aidants!

Posez des questions. Vous croyez peut-être avoir tout expliqué, mais vous ne saurez pas ce qui manque à moins de poser des questions! S’ils n’ont aucune question à vous poser, considérez une carrière d’allergologue! Plus vous avez d’expérience pour expliquer l’allergie de votre enfant et comment la gérer, meilleures seront vos explications.
Vous ne pouvez contrôler le fait que votre enfant souffre ou non d’une allergie alimentaire, mais vous pouvez contrôler la quantité d’informations dont dispose l’entourage de votre enfant à propos des allergies alimentaires. Discuter d’allergies alimentaires avec les membres de votre famille et vos amis peut donner lieu à des conversations difficiles, mais absolument nécessaires. Nous espérons que ces conseils vous aideront à rendre ces conversations plus faciles pour vous, et pour eux.

 

Avez-vous des conseils pour discuter des allergies alimentaires avec les membres de la famille, et les aidants? Nous serions ravis de les connaître!

 

- L’équipe de spécialistes en nutrition


6 conseils : Les allergies alimentaires et les façons d’introduire des aliments solides dans l’alimentation de votre bébé

 

Les premières années de la vie d’un bébé sont remplies de petites étapes excitantes. Relever la tête, sourire, s’asseoir et ramper! Une des étapes les plus importantes, bien entendu, est de présenter des aliments solides à votre enfant. Certains parents trouvent que l’introduction d’aliments solides dans l’alimentation de leur enfant représente un grand saut vers l’avant, mais d’autres sont attristés parce que cette étape leur rappelle que leur tout-petit grandit (ne vous en faites pas, il n’est pas encore prêt pour le collège!). Dans l’ensemble, les aliments solides s’assimilent bien.
Cependant, les aliments solides ne sont pas simples pour tout le monde. Quand votre petit garçon ou votre petite fille souffre d’allergies, comme une allergie au lait de vache, la transition peut d’avérer difficile. « Comment puis-je éviter une réaction allergique? » et « Avec quels aliments devrai-je commencer? » sont des questions que vous devez vous poser très tôt dans le processus. Ensuite, « Comment puis-je m’assurer que mon bébé mange suffisamment? » et « Comment puis-je m’assurer que l’alimentation de mon bébé est adéquate? » sont également des questions que les parents nous posent souvent.
Avec tant de questions et d’inquiétudes, certains parents dans cette situation se demandent s’ils devraient prendre le risque d’introduire les aliments solides! Malheureusement, ce n’est pas aussi simple. Les aliments solides fournissent l’occasion à votre tout-petit de commencer à développer les facultés motrices nécessaires pour mâcher, mordre (dans les aliments, et ne pas mordre les gens!) et avaler. Les facultés motrices que votre bébé développe en lien avec les aliments solides aident aussi au développement du langage. Alors comment pouvez-vous commencer à introduire des aliments solides à votre bébé, de façon sécuritaire?

 

Nous allons vous indiquer six éléments importants qui peuvent vous être utiles au moment d’introduire les aliments solides. Tout d’abord, discutez de l’introduction d’aliments solides avec l’équipe de soins de santé de votre enfant! Il s’agit d’experts qui connaissent bien les soins médicaux de votre tout-petit et qui peuvent vous fournir les meilleurs conseils.

 

1. Attendez que votre bébé soit âgé d’au moins 4 mois, idéalement plus près de 6 mois, avant d’introduire les aliments solides.


L’objectif principal est de donner des aliments solides à votre bébé, dès que sa faculté à avaler est suffisamment développée. Les conseils varient, donc fiez-vous à votre équipe de soins de santé pour vous indiquer quels signes vous révéleront le moment où votre enfant est prêt pour les aliments solides.

 

2. Commencez à l’aide de quelques aliments de base, qui ne sont pas des allergènes courants.


Vous voulez que les premières expériences de votre tout-petit avec les aliments solides soient positives! Il est important de laisser l’équipe de soins de santé de votre bébé vous aider à décider quels aliments choisir en premier. Personne ne peut dire avec certitude quels aliments seront « sécuritaires » pour votre enfant; nous ne le pouvons certainement pas! L’équipe de soins de santé de votre bébé travaille fréquemment avec des familles dans une situation similaire, et peut vous guider en se fondant sur leurs connaissances et leur expérience. Même pour les bébés en santé (non allergiques), il n’existe pas de premier aliment solide idéal. Certains experts en soins de santé suggèrent de choisir les céréales en premier, d’autres suggèrent la viande et certains suggèrent les fruits ou les légumes.

 

En choisissant des aliments qui ne sont pas des allergènes connus, nous espérons que votre bébé aura l’occasion de faire l’expérience des aliments solides sans connaître d’expérience négative. Avoir une réaction négative à un premier aliment solide peut compliquer l’introduction des aliments solides. Une première expérience qui s’avère positive est une première étape encourageante! Certaines expériences peuvent ne pas sembler positives, mais elles sont tout de même un pas dans la bonne direction. Par exemple, les bébés peuvent faire la grimace la première fois qu’ils goûtent certains aliments, mais ils ne repousseront pas la cuiller chaque fois.

 

3. Attendez une journée ou deux après avoir introduit un nouvel aliment et avant d’en introduire un autre.


Ceci est pour faire en sorte que votre bébé ne montre aucun signe d’allergie au nouvel aliment; certaines réactions allergiques alimentaires peuvent apparaître avec le temps. Cela signifie qu’une réaction peut prendre de quelques heures à quelques jours à se manifester. Il s’agit certainement d’un processus différent de la réaction allergique « immédiate » à laquelle la plupart d’entre nous pensons.
En attendant quelques jours, vous faites en sorte d’établir un lien clair entre les symptômes d’allergie et les aliments les plus récemment ingérés. Si vous introduisez 3 nouveaux aliments dans une même journée et que vous détectez un symptôme possible ce soir-là, comment saurez-vous quel aliment en est la cause?

 

4. Donnez à votre bébé le temps de s’ajuster à chaque nouveau changement.


Pensez-y : votre bébé se nourrit de la même manière tous les jours, plusieurs fois par jour, depuis le début de sa vie! Il importe de lui donner assez de temps pour s’habituer aux nouvelles expériences.


Que voulons-nous dire par « nouvelles expériences »? Eh bien, votre bébé aura besoin de temps pour s’habituer aux nouveaux goûts, aux nouvelles textures, de même qu’au fait de s’alimenter avec une cuiller. Bien des parents deviennent frustrés quand leur bébé fait une grimace, ou repousse la cuiller. Mais cela est parfaitement normal! La science a démontré que ceci était normal, nous ne l’avons pas inventé! (Merci, les chercheurs!) Si votre bébé n’aime pas un aliment la première fois qu’il y goûte, ne désespérez pas; vous devrez peut-être essayer 15 à 20 fois pour qu’il devienne un amateur.
5. Présentez les nouvelles textures progressivement.

 

Pour la plupart des bébés, il est préférable de commencer avec des textures « simples » et de progresser vers des textures plus « complexes ». Encore une fois, consultez l’équipe de soins de santé de votre bébé, particulièrement si votre bébé a des troubles liés à l’alimentation ou à la déglutition, ou s’il est suivi par un orthophoniste ou un spécialiste en alimentation pédiatrique. De manière générale, voici les étapes suivies par la plupart des bébés pendant la découverte de nouvelles textures, simples à complexes :


• Étape 1 : mince et lisse
• Étape 2 : grumeaux et morceaux
• Étape 3 : aliments préhensibles

 

6. Alors que votre bébé grandit, les aliments solides répondront de plus en plus à ses besoins nutritifs.


Éventuellement, la plupart des enfants retirent toute la nutrition dont ils ont besoin des aliments et breuvages « normaux ». Le lait maternisé est habituellement retiré de l’alimentation. Bien que le lait maternisé comme Neocate puisse être la source principale de nutrition pour votre bébé, éventuellement, il deviendra un accompagnement aux aliments solides; votre enfant pourra arrêter sa consommation de lait maternisé.

 

Consultez votre équipe de soins de santé pour connaître la quantité de lait maternisé dont votre bébé à besoin, et quels aliments répondront le mieux à ses besoins nutritifs. Pour les bébés allergiques au lait de vache qui ne sont pas allaités, les lignes directrices principales suggèrent qu’ils continuent de consommer du lait maternisé jusqu’à l’âge de 2 ans. Ceci permet de répondre à leurs besoins en nutriments importants, comme les protéines, le calcium et la vitamine D, qui proviendraient du lait en d’autres circonstances.

 

Si les réactions allergiques vous inquiètent alors que vous êtes sur le point d’introduire de nouveaux aliments solides, discutez de l’ajout de Neocate Nutra avec l’équipe de soins de santé de votre bébé. Neocate Nutra est un aliment semi-solide hypoallergène, comportant une base d’acides aminés et conçu pour les enfants âgés de six mois et plus. Lorsqu’il est mélangé avec de l’eau, sa texture est similaire à un pouding ou à une céréale pour nouveau-nés; il est donc idéal pour l’alimentation à la cuiller. L’aliment Neocate Nutra préparé peut être mangé seul, ou mélangé à d’autres aliments (nous aimons bien le mélanger avec de la compote de pommes)!


Nous vous avons présenté les 6 conseils pouvant vous aider à planifier le début de l’introduction des aliments solides. Rappelez-vous de consulter votre équipe de soins de santé! Nous espérons que ces conseils vous seront utiles.

 

Quels conseils aimeriez-vous partager avec d’autres familles pour faciliter la transition vers les aliments solides? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous!

-Sarah O’Brien
-Rob McCandlish, RDN


11 conseils pour le premier jour d’école ou de garderie de votre tout-petit qui souffre d’allergies

 

La première journée d’école maternelle ou de garderie représente une époque excitante pour les jeunes enfants. C’est aussi une période excitante pour les parents! Mais introduire les tout-petits souffrant d’allergies alimentaires et de troubles connexes dans un nouveau milieu peut être angoissant et, selon la gravité de l’allergie, un peu dangereux. Si vous devez affronter cette situation sous peu, il importe d’éduquer les enseignants et les aidants de votre enfant et de leur rappeler les précautions et mesures de sécurité à prendre en lien avec son allergie alimentaire AVANT que votre enfant ne commence cette nouvelle aventure. Rappelez-vous qu’il vaut mieux prévenir que guérir!

 

Dans ce billet, nous énoncerons quelques étapes simples à suivre pour vous assurer que la transition de votre enfant vers un nouveau milieu se fasse en toute sûreté. Nous croyons que ces étapes vous procureront également une tranquillité d’esprit bien méritée, et que les enseignants et aidants de votre enfant apprécieront ces informations! Nous accompagnerons chaque conseil de suggestions supplémentaires qui vous permettront d’assurer la sûreté de votre enfant.

 

Prévoyez un rendez-vous avec votre pédiatre ou allergologue pour le retour en classes.


Vous vous demandez pourquoi? Parce que cela présente l’occasion idéale de vous assurer que votre plan actuel de gestion des allergies est toujours efficace. Par exemple, possédez-vous assez d’auto-injecteurs d’épinéphrine, si ceux-ci font partie de votre plan? L’équipe de soins de santé posera les questions auxquelles pensent les experts, pour garantir que vous soyez préparé. Vous pouvez aussi les informer que vous demanderez aux responsables de l’école maternelle ou la garderie si un plan de soins a été mis en place (plus de détails à ce sujet ci-dessous). Vérifié!

Abordez la possibilité d’élaborer un plan de soin personnalisé avec l’équipe de l’école maternelle ou de la garderie. Demandez comment l’école peut travailler avec vous pour élaborer un plan écrit, de manière à garantir que les besoins de votre enfant seront respectés et qu’il ou elle pourra participer en toute sûreté aux activités scolaires. Aux États-Unis, ceci s’appelle le plan 504; au Canada, certaines provinces peuvent exiger un processus de ce type. Les responsables de l’école pourront vous demander de fournir des renseignements médicaux, ou d’autres documents émis par l’équipe de soins de santé de votre enfant.

Fournissez aux enseignants et aux aidants des circulaires et des renseignements concernant l’allergie de votre enfant, afin d’éviter les accidents. Vous avez probablement vu des circulaires comme celle-ci au bureau de votre allergologue, ou sur les sites Web s’adressant aux familles devant gérer des allergies alimentaires (comme ce site aux États-Unis, ou celui-ci au Canada). Pourquoi ne pas en attraper un pendant votre rendez-vous et l’utiliser en temps opportun! Ces circulaires sont souvent rédigées à l’intention des gens qui ne sont pas familiers avec ce type de problème, afin d’acquérir une compréhension de base. Pendant que vous êtes là, écrivez le nom de votre enfant sur la circulaire pour vous assurer de le ranger dans le bon dossier.

Documentez les allergies alimentaires de votre enfant et les troubles connexes, de même que tout plan de traitement par écrit mis en place à la maternelle ou la garderie. Plusieurs écoles maternelles, écoles et garderies comprennent des systèmes sophistiqués pour effectuer le suivi d’articles importants comme celui-ci. Demandez-leur d’avance ce que vous pouvez apporter pour ajouter au dossier de votre enfant (par ex. : « Devrai-je apporter un document, ou une clé USB? » « Avez-vous besoin de copies des dossiers médicaux? » « Y a-t-il des formulaires que je dois remplir d’avance? »). De cette manière, vous serez certain qu’ils disposeront de toutes les informations dont ils auront besoin, à l’endroit et dans le format le plus pratique pour eux. Un élément de moins sur la liste!

Créez une carte d’allergie. Ceci est un « aide-mémoire », comportant des informations concernant les allergies alimentaires de votre enfant de même que les troubles connexes, à l’intention des enseignants et des nouveaux employés. Les enseignants ou aidants de votre enfant vous remercieront! Faites en sorte que cet aide-mémoire soit court, simple et pertinent. Rappelez-vous : c’est un aide-mémoire, pas un roman! L’objectif est de transmettre des informations importantes et pertinentes rapidement, et que celles-ci soient lues attentivement. Avez-vous pensé à utiliser une police intéressante, des couleurs vives et plusieurs points d’exclamation (!!!)? Personne ne vous arrête!

Discutez en personne des mesures à prendre en cas d’urgence. Ceci vous permettra de décrire en détail le plan 504 de votre enfant. Fournir de l’information par écrit est utile, mais plusieurs adultes apprennent bien au moyen de la communication orale. Il s’agit de votre occasion de mettre l’accent sur les aspects les plus importants auprès de l’enseignant ou de l’aidant de votre enfant. S’ils ne se souviennent de rien d’autre, ils doivent savoir quoi faire en cas d’urgence.

Si votre enfant doit avoir un auto-injecteur d’épinéphrine à la maternelle ou à la garderie, assurez-vous de donner une formation à l’aidant concernant la façon et le moment de l’utiliser. Offrez-leur une formation concernant le moment opportun d’appeler le 9-1-1 et faites en sorte qu’ils aient tous les numéros de téléphone importants pour rejoindre votre famille et votre équipe de soins de santé.

Assurez-vous que votre enfant comprend bien ce qui peut provoquer son allergie. Nous comprenons; plusieurs parents aimeraient pouvoir accompagner leur enfant en tout temps pour garantir sa sécurité. Les parents d’enfants allergiques ne font pas exception! Ne vous inquiétez pas, nous ne vous appellerons pas les « parents hélicoptère »! Mais si vous n’avez pas encore eu cette conversation avec votre enfant, n’attendez plus. À l’école maternelle ou à la garderie, votre enfant sera loin de vous plusieurs heures d’affilée dans un milieu qui présente un risque d’exposition aux allergènes. Dès maintenant, sans plus tarder, aidez votre enfant à s’aider!

Jetez un coup d’œil aux menus de dîner ou de collations et identifiez les bons choix; fournissez aux responsables de l’école maternelle une liste d’aliments que votre enfant peut consommer sans problèmes. Plusieurs écoles maternelles et garderies doivent planifier leurs menus d’avance et les présenter à un organisme gouvernemental, de manière à garantir qu’ils respectent les normes en matière de nutrition. Donc, ne vous en faites pas, leur demander une copie d’avance ne devrait pas poser de problèmes. Ils apprécieront votre aide, fort probablement. Leur fournir une liste d’aliments qui ne contiennent pas les allergènes qui affectent votre enfant au début de l’année pourrait même les aider à planifier leurs menus!

Si aucune option n’est acceptable sur le menu, préparez un repas à la maison et assurez-vous que votre enfant sait qu’il ne doit pas échanger son dîner avec ses copains de classe. Tout d’abord, faites en sorte que les responsables de l’école maternelle ou de la garderie savent que vous ferez ceci et demandez-leur s’ils ont des exigences (par exemple, il est possible que vous deviez étiqueter et dater les articles). Assurez-vous de fournir des directives claires à l’enseignant ou au personnel concernant la conservation des aliments, par exemple, si le repas de votre enfant doit être séparé des aliments contenant des allergènes. Finalement, expliquez à votre enfant qu’il ou elle a un repas de dîner spécial que vous avez préparé avec amour!

Si l’école le permet, offrez d’apporter des friandises sans allergènes pour les jours de fête, ou pour les évènements spéciaux. De cette façon vous saurez que votre enfant est en sûreté et ne se sentira pas exclu(e) de la fête! (Certaines écoles ne permettent plus aux parents d’apporter de la boulangerie fraîche et exigent que les aidants apportent des articles emballés.) Si les parents doivent fournir des friandises pour une fête ou un anniversaire, pensez à apporter une friandise non alimentaire pour le jour de votre enfant. Si vous devez apporter des friandises régulièrement, vous pouvez donner à l’enseignant ou au personnel de l’école un sac contenant plusieurs friandises au début de l’année, afin qu’elles soient distribuées une par une selon les besoins de votre enfant.

Si votre enfant consomme un lait maternisé spécial, demandez ce que vous devez fournir. Certaines écoles maternelles ou garderies exigent que le lait maternisé leur soit apporté déjà préparé. D’autres ne vous demanderont que d’apporter la poudre prémesurée et des directives de préparation précises. Parlez de ces détails avant le premier jour de votre enfant, afin de ne pas être pris au dépourvu au moment de le ou la déposer à l’école. C’est à éviter! Si votre enfant utilise Neocate Splash, vous pourriez apporter quelques boîtes à boire supplémentaires en guise de fourniture d’urgence.
Nous avons passé en revue les mesures principales que vous pouvez prendre pour vous préparer en vue du premier jour d’école maternelle ou de garderie de votre enfant souffrant d’allergies, ou de troubles connexes. Non seulement ces mesures prépareront votre enfant à une rentrée réussie, mais elles assureront sa sûreté toute l’année! Nous espérons que ces conseils vous seront utiles. Commencez dès maintenant, et cochez toutes les cases!

Avez-vous d’autres conseils à partager avec les familles qui font l’expérience d’une première journée d’école maternelle, ou de garderie? Dites-nous quelles autres mesures vous prenez pour préparer votre enfant à son premier jour d’école, pour que nous puissions partager avec tous ces informations!

- Nita Parsnani
- Rob McCandlish, RDN


Fêtes de classe sécuritaires pour les enfants allergiques

 

Gina Clowes est la fondatrice du site Web AllergyMoms.com. Nous souhaitons la remercier pour avoir accepté d’être notre blogueuse invitée et de partager l’histoire d’allergie de votre famille. Remarque : Cet article a été rédigé à l’origine pour Health Central : My AllergyNetwork.com. Pour consulter l’article, cliquez ici.

 

Bien que les tables exemptes d’arachides et l’interdiction des arachides dans les cafétérias des écoles soient des sujets qui attirent l’attention, les études démontrent que la plupart des réactions allergiques dans les écoles surviennent hors de la cafétéria. Les fêtes de classe et autres situations extraordinaires peuvent exposer les enfants à un niveau de risque accru.

 

Les fêtes d’Halloween arrivent à grands pas; j’ai donc cru bon de partager ma liste de FRIANDISES (et quelques conseils) qui a aidé mon fils et d’autres enfants allergiques à être en sécurité et à se sentir inclus dans les fêtes de classe.

 

Commencez par l’enseignant de votre enfant.


Selon mon expérience, le mieux est de demander à l’enseignant d’expliquer les « règles » de la fête. Vous et les autres parents d’enfants ayant des besoins alimentaires spéciaux pouvez fournir une liste de friandises et d’activités sûres à l’enseignant. Après quoi, l’enseignant de votre enfant aura compris à quel point les allergies alimentaires peuvent être dangereuses. Si ce n’était pas le cas, alors le moment sera bien choisi pour partager cette information importante.

 

Ayez des attentes réalistes.


Même de nos jours, plusieurs parents ne sont pas conscients des dangers des allergies alimentaires. Des erreurs seront probablement commises. Parfois, l’enseignant pourra en « attraper » quelques-unes, mais pas toujours. Rappelez-vous que les autres ne sont pas aussi impliqués dans le monde des allergies alimentaires. Même avec des rappels envoyés directement à la maison, il y aura toujours un parent qui « n’aura pas lu le mémo ». Ne soyez pas offensé par ces oublis et présumez que les gens ont toujours de bonnes intentions.

 

Mangez seulement des aliments comportant une étiquette qui a été vérifiée avec soin.


Votre enfant sera tenté, mais il est important de se rappeler que les ingrédients changent. Différents formats de la même friandise ou des mêmes biscuits peuvent aussi comporter des ingrédients différents. Des friandises préparées à la maison seront probablement servies, et elles peuvent contenir plusieurs ingrédients douteux; elles peuvent également être sujettes à une contamination croisée par un parent innocent, qui n’a pas l’habitude de cuisiner pour un enfant allergique. Également, ne vous fiez pas à votre bon sens (ou aux présomptions habituelles) pour établir la sûreté d’un aliment. Les jujubes peuvent contenir de la farine d’arachides. La tire, les bonbons à mâcher et les sucettes peuvent contenir du lait ou des œufs. Les cerises peuvent contenir des amandes! Le moment est mal choisi pour baisser votre garde.

 

Participez à la fête.


Ce que vous y verrez vous fascinera. Mon fils fréquente une école maternelle « sans arachides », et son sac de friandises contenait une barre Snickers grand format! (Je l’ai confisquée et dégustée plus tard ce soir-là!)

 

Même si vous croyez maîtriser la préparation d’aliments pour les fêtes, d’autres parents pourront utiliser des aliments dans le cadre de jeux ou en guise de prix en ne pensant pas aux allergies alimentaires. Les fêtes peuvent être trépidantes; une paire d’yeux supplémentaires pour surveiller votre enfant permettra d’assurer qu’il ou elle ne consomme pas de friandise dangereuse.

 

Les friandises servies devraient être sûres pour tous les enfants de la classe. Ceci est non seulement plus inclusif, mais permet de maintenir la sûreté du milieu d’apprentissage. Même en cas d’allergies multiples, une vaste gamme de collations et de friandises peut être servie en toute sûreté. Proposez d’apporter des aliments sûrs à partager. Dressez une liste spécifique d’idées de collation sûres, afin d’impliquer les autres parents. Cela permettra aux autres parents d’apporter aussi des aliments à partager. Assurez-vous de bien vérifier tous les plats apportés, parce que les surprises sont toujours possibles. Je croyais que toutes les limonades étaient sûres, jusqu’à ce qu’un parent apporte à une fête une limonade aromatisée au kiwi!

Faites donc en sorte de toujours avoir sous la main une boisson et des friandises pour votre enfant, au cas où.

 

Rappelez-vous du pouvoir d’un « Merci ».


Et finalement, rappelez-vous de remercier ceux et celles qui ont aidé à assurer la sûreté de votre enfant et à lui procurer un sentiment d’inclusion. Les gens ne réalisent pas toujours à quel point il est difficile pour nous de demander des accommodements pour notre enfant, ou à quel point nous craignons devoir dépendre des autres pour préparer et servir de la nourriture à notre enfant. Ceux qui comprennent nous facilitent la vie. Donc, chaque fois que vous rencontrez un de ces anges, dites-leur à quel point vous appréciez les efforts qu’ils déploient pour vous et votre enfant.

 

- Gina Clowes

 

 

 

© Neocate 2016. All rights reserved. Privacy & Terms of Use.